Accéder directement au contenu

Chroniques

Hoodrich Pablo Juan x Danny Wolf HoodWolf

In the hood, I’m a wolf, you just a sheep

George de la Maille, le 15 mai 2017

S’ils collaborent depuis un moment, Hoodrich Pablo Juan et le producteur Danny Wolf viennent tout juste de sortir leur premier projet commun avec la mixtape HoodWolf. En onze tracks, les deux membres de l’écurie Hoodrich nous prouvent qu’ils sont immanquables dans la scène d’Atlanta.

On entend souvent Hoodrich Pablo Juan se vanter que son plug est Colombien. Pourtant sur HoodWolf son plug est Mexicain. A 20 ans, Danny Wolf roule déjà avec la team Hoodrich. Il faut dire que le jeune homme s’en est donné les moyens. Arrivé illégalement à Atlanta à l’âge de 10 ans, sa mère lui demande rapidement de mettre à l’écrit des façons de se faire de l’argent et le force à jouer de plusieurs instruments. S’il se fait ses premiers sous en revendant des chaînes en or, Danny est un vrai couteau suisse : vidéos, artworks, productions, c’est le pack qu’il propose aux artistes qu’il rencontre. C’est d’ailleurs pour réaliser des clips qu’il est tout d’abord recruté par la team Hoodrich, qui, pour rappel, comprend notamment DJ Scream, Dj Spinz, DJ Swamp Izzo ou encore DJ Lil Keem. Et c’est donc en filmant les rappeurs d’Atlanta qu’il va se constituer un carnet d’adresse. Aujourd’hui il est connu pour son travail avec ILoveMakonnen, Ugly God, Rich The Kid, 6dogs, Lil Pump, et bien sûr Hoodrich Pablo Juan avec qui il collabore depuis le premier volet de Designer Drugz.

Si vous pouvez en apprendre plus sur Danny Wolf avec son interview pour No Jumper ou chez XXL, on ne présente plus Hoodrich Pablo Juan. Que ce soit avec Spiffy Global ou Brodinski, l’ex-dealer de tes rappeurs préférés et son flow effortless ne s’arrêtent pas de faire des étincelles. Et HoodWolf représente clairement l’incendie.

Sur cette mixtape, Danny Wolf est armé d’une machette à chaque main et n’hésite pas à asséner des coups. A l’image de la première piste Zabamambafoo, missile téléguidé par le légendaire DJ Spinz, qui à côté d’une légère mélodie parfaitement dosée, nous balance des basses en pleine face. Il en est de même avec Trapstar Rockstar, où le rappeur nous explique qu’il tient son arme comme une guitare, et ses effets sonores bruts. Pourtant Danny Wolf semble parfaitement maîtriser sa formule et ce n’est pas pour déplaire à Hoodrich Pablo Juan qui surfe sans effort sur les vagues de son producteur (sans faire de mauvais jeu de mot avec la track Pool Party). Si ce dernier est souvent aidé par d’autres producteurs, il produit néanmoins 4 tracks seul, et pas des moindres. Hoodrich Pablo Juan est lui aussi accompagné de ses shooters : Drugrixh Peso, Drugrixh Hect et Lil Dude ont chacun deux featurings sur la mixtape et remplissent parfaitement leur rôle, sans bavure. Comme sur le minimaliste posse cut MONYPWRSPT où les quatre compères démontrent, encore une fois et chacun dans un style différent, leur facilité à plier une production du jeune Danny.

Avec ses 11 tracks et ses 32 minutes, le projet est court mais efficace et arrive à éclairer d’une nouvelle lumière les flows d’Hoodrich Pablo Juan qui commençaient à devenir quelque peu lassants. Terriblement addictif, chaque refrain rentre dans la tête pour nous posséder et je crois que le démon de la pochette y est pour beaucoup. Un must have de 2017 qui réunit deux des plus talentueux et productifs artistes d’Atlanta.



VENEZ DISCUTER AVEC NOUS SUR
FACEBOOK ET TWITTER :-)