Accéder directement au contenu

Chroniques

Twice Zachary (Double it up 2)

La relève d’Atlanta ?

D.Kleinfeld, le 25 novembre 2016

A la fin de l’été Twice, originaire d’Atlanta, délivrait Zachary, son premier projet officiel.

Zachari est un ovni, tant par sa structure que par son contenu. Dès l’introduction du projet, un remix de Hello, le méga-hit d’Adele, annonce la couleur. Twice ne fait pas dans le conventionnel sur cette intro en forme de présentation qui oscille entre rap et spoken words, et on ne peut qu’être saisi par le flow et la présence du rappeur.

S’ensuit une trentaine de morceaux, de freestyles et de skits où le seul dénominateur commun semble être la voix du jeune Slime : influences boom-bap, samples souls, bangers trap et autres atmosphères abstract. Il y a peu de morceaux qui se ressemblent sur Zachary.

Autre singularité : plus d’une dizaine d’invités différents, quasiment uniquement des jeunes pousse du crew YSL, comme une vitrine de la scène locale en devenir.

Cet espèce de bordel génial n’est pas sans rappeler la première série de mixtapes de Young Thug (I Came From Nothing) ou les projets fleuves de Lil B "The BasedGod" ; non pas au niveau musical, mais dans cette abondance, cette variété foutraque, cette capacité à proposer une forme ou un contenu jamais expérimenté auparavant, véritablement créatif et qui transpire la sincérité.

En écoutant le projet, on ne peut s’empêcher de remarquer l’héritage de certains héros locaux, Young Thug et Skooly notamment. Thugger, le père spirituel, participe d’ailleurs au très bon No Wendys.

Tantôt désinvolte et dans la celebration, tantôt mélancolique et émouvant, Twice impressionne par sa capacité à s’adapter à toute sorte d’ambiance en y apportant sa touche, son énergie et sa musicalité.

Ce n’est pas pour rien si l’on peut retrouver sur le projet des productions signées Myth Syzer ou Ryan Hemsworth ou le fait que Young Thug soit venu poser un couplet sur No Wendys : le talent ne passe pas inaperçu.

Dans la musique du poulain de Bromance Records, il y a les rêves d’un coté et la réalité de l’autre : alors qu’il voit des portes s’ouvrir, ses frères continuent à tomber dans les griffes de la rue (RIP RUDY) ou du système (Twice étant lui-même actuellement incarcéré).

Cette situation, Twice la narre avec un talent et une spontanéité rare. Et même si Zachary est loin d’être parfait et aurait pu être mieux travaillé en de nombreux points, il s’en dégage un sentiment de nouveauté et de fraicheur qui fait du bien.

#FREETWICE



VENEZ DISCUTER AVEC NOUS SUR
FACEBOOK ET TWITTER :-)