Accéder directement au contenu

Focus

From Th@ kid to BONES

Le metal au service du rap

KallMeTheDoctor, le 21 novembre 2016

Retour sur le parcours d’un personnage à part, véritable mentor qui a profondément influencé la scène du rap underground.

Depuis ses timides débuts sous le sobriquet de Th@ kid, Bones est devenu une figure incontournable du rap underground. Son amour pour la Three 6 Mafia, Cash Money et le métal, entre autres, a façonné l’artiste si unique qu’il est devenu. Au point de collaborer avec A$AP Rocky, de partager la scène avec Shlohmo, d’être diffusé lors de la Fashion Week Paris 2015 grâce à son producteur Antonio ou de se faire inviter par l’animateur américain Jimmy Kimmel.

- Téléchargez le mix

Elmo Kennedy O’Connor, plus connu sous son nom de scène Bones (anciennement Th@ kid) ou son surnom Uncle Ricky, est né dans le nord de la Californie à Muir Beach. Il est issu d’une culture familiale liée à la création et au monde de l’art : ses parents sont photographes et stylistes. Il est aussi le petit-fils de l’acteur Robert Culp, vedette de la série Les Espions (I Spy) aux côtés de Bill Cosby. Très tôt, il s’installe avec ses parents à Howell (Michigan, Etats-Unis), ville souvent associée au Ku Klux Klan.

C’est à l’âge de 5 ans qu’il écoute son premier album de rap, Tha Block Is Hot de Lil Wayne, par le biais de son grand frère Eliott. Elmo le révèle d’ailleurs dans une interview : « J’écoutais tous les styles de musique, mais il y avait quelque chose dans le rap qui m’a donné envie d’en faire ». Dès ses 9 ans, il écrit ses premiers textes et commence déjà à s’enregistrer rapper. Ce qui n’était qu’un simple loisir finit par devenir une passion, l’incitant même à quitter le lycée à 16 ans et à emménager à Los Angeles afin d’y rejoindre son frère Eliott qui deviendra son manager.

À l’image de Slim et Birdman, Eliott et Bones décident de créer le label Team SESH, après avoir refusé plusieurs offres émanant de majors de l’industrie musicale afin de pouvoir sortir sa musique exclusivement gratuitement, à l’instar d’un certain Lil B. Les premiers membres sont Na$ty Matt, DJ Smokey, JayYeah, Blanco Yamaguchi, Saavage Beatz, Eric Dingus, Voduz, le Norvégien Vegard Veslelia, Black Ghost, Thats Creep, Horuz et son bras droit Greaf.

Sans perdre de temps, Th@ kid sort Bored of Education en 2010, encore assez loin de son niveau actuel. Malgré tout, il laisse entrevoir un réel potentiel en lui qu’il se met à exploiter lors de sa métamorphose en Bones. Le symbole de cette mue s’intitule WhiteRapper (2012), sa toute première cassette sous son nouveau pseudonyme.

Peu après s’être installé dans la Cité des Anges, Uncle Ricky rencontre fortuitement Eddy Baker, encore membre du regretté Raider Klan à ce moment. Cette entrevue d’apparence anodine, bouleversera sa carrière car il entre en contact avec SpaceGhostPurrp (CEO du Rvdxr Klvn) qui le charge de la direction des vidéos du clan, comme le prouve le titre Reflections Intro de Chris Travis. C’est principalement avec Baker, Travis et Xavier Wulf qu’il tisse des liens d’amitié presque fraternels. Ensemble, ils créent la structure SeshHollowWaterBoyz représentant les labels respectifs des 4 mousquetaires : Hollow Squad (Xavier Wulf), WaterBoyz (Chris Travis), Healthy Boys (Eddy Baker) et bien évidemment Team SESH (Bones).

De gauche à droite : Chris Travis, Xavier Wulf, Eddy Baker, Bones.

L’ascension fulgurante d’Elmo s’explique certainement par sa technique de rap mêlant flow varié, murmures, chants et hurlements, très différente de celles des rappeurs de l’époque. Comme si un metal head s’était égaré dans le hip-hop. Une sorte d’enfant illégitime de Linkin Park. On est loin de l’expérience « rock » peu concluante de Lil Wayne sur son album Rebirth, plus gênante qu’autre-chose. Bones exploite cette faculté comme personne, ce qui a réjoui son public qui ne cesse de s’agrandir. Plutôt que de s’en cacher (comme SpaceGhostPurrp), Th@ kid assume totalement son amour pour le métal et le rock, en atteste sa reprise de I Miss You de Blink 182. C’est probablement ce qui lui a valu cette étiquette de "rap de Blancs". Pas uniquement pour sa couleur de peau, mais surtout pour ses influences musicales, son apparence physique (longs cheveux cachant son visage), et aussi pour la manière dont il se présente à ses fans, que ce soit sur scène ou dans ses vidéos. Dans son clip Corduroy, il s’affiche très fièrement avec un t-shirt à l’effigie de Burzum, projet solo de black metal norvégien. Coïncidence ou non, WtchCrft, as de la witch house, sample Filosofem - Rundgang um die transzendentale Säule der Singularität Pt. 1/3 de ce même Burzum pour produire ce titre déjà culte. Cependant, ses influences ne se limitent pas au rock et métal. Effectivement, il avoue écouter de tout et cite Marvin Gaye (qui l’a réellement poussé à se lancer dans la musique), City and Colour (projet solo de musique acoustique), Right Away Great Captain ! (projet solo d’indie rock/folk), Balance and Composure et la maléfique Three 6 Mafia.

Outre ses influences diverses, Bones se démarque par son écriture. Ses textes, souvent froids et mélancoliques traduisent un nihilisme et une détresse apathique frôlant la dépression. Sans pour autant s’en vanter, il ne craint pas de partager ses émotions : « All my friends dead, all my dreams on the floor », voire :« Everything dies in the end. So I’m up trying to do just what I can ». Il en rajoute une couche dans son morceau Sanctuary : « The day that I die, hope my mama don’t cry. Hope she realized it was just my time. Nobody ever ready to bury their own child. But I’m dead already so I’m good for awhile ». La mort et la tristesse sont des thèmes récurrents chez lui, que ce soient dans son apparence, ses paroles, ses tweets et ses clips. Quand on lui demande pourquoi une telle obsession avec les ténèbres et ces ambiances lugubres, il répond : « Je ne sais pas mec, j’aime les choses sombres mais pas les choses non originales, comme les enfants qui parlent de 666 et les machins du genre. J’aime bien Blair Witch (film d’horreur sorti en 1999) et les fusillades dans les écoles. Les vraies choses totalement déjantées ». Au diable les corpse paints et les crucifix renversés (pourtant très prisés). Place aux cimetières, pierres tombales, statues d’anges filmés grâce à son caméscope analogique. Depuis, ses visuels caractérisés par des glitchs VHS ont été largement repris dans le milieu underground.

Derrière cette image sombre et glaciale se cache un garçon sensible et émotionnellement brisé. Brisé par une femme, métaphorique ou non, à qui il aurait ouvert son cœur sans ne rien recevoir en retour. Elmo court désespérément après sa chimère sans ne jamais la rattraper. Jusqu’à le faire sombrer et perdre gout à la vie. Comme l’illustrent ces vers : « Take me away. Cut off my circulation. I don’t want to be here if you’re not ». À des années-lumières du rap superficiel et misogyne tant apprécié par le public. Certains fans s’enflamment : « Il est meilleur que la majorité des artistes signés car il a une âme ». En 2014, Greaf et lui lancent les projets SurrenderDorthy et OregonTrail privilégiant les guitares folk et le métal, respectivement. Il a récidivé cet été en démarrant un nouveau side-project, Ricky A Go Go.

Enfin, bien qu’il refuse toute étiquette cloud rap, Bones est de ceux qui l’incarne le mieux avec Main Attrakionz et Lil B, tout en leur étant très différent. Que ce soient des instrumentales expérimentales inspirées de divers styles tels que le rock (30 Seconds To Mars, Blink 182, La Dispute), la synthpop/dream pop (Grimes, Kye Kye), le jazz (Tom Scott), la witch house (Crystal Castles), voire l’IDM/ambient (Boards Of Canada), aux lyrics sincères et émouvants, en passant par son alternance rap/chant/hurlement, Bones est le porte-drapeau de cette nouvelle génération d’artistes qui osent tout afin de briser les codes actuels du hip-hop. En si peu de temps, Uncle Ricky est devenu un point de repère pour bon nombre de rappeurs/chanteurs underground et il en est bien conscient : « They wanna be us. It’s OK, it’s OK. We paved the road and we made a new way ». Ce ne sont pas les OmenXIII, Dylan Beamon, Lil Peep (qui lui emprunte le même sample utilisé pour Cut), Night Lovell, XXXtentacion qui diront le contraire. Pas même les $uicideboy$ qui, en plus de s’inspirer des mêmes chansons (notamment Touchness d’Enigma) et de son style, lui chipent progressivement sa fan base. Ce qui a ouvert les hostilités entre eux.

Les jours passent et ne ressemblent pas pour Bones qui semble vivre un rêve éveillé : « I never thought I’d live to see all these f****** dreams ». Entouré de sa nouvelle équipe (composée du Canadien Fifty Grand, de l’Allemand Hnrk, Drew The Architect, Vegard Veslelia, Drip-133, Cat Soup, Greaf, Curtis Heron, Smitty The BG, Rozz Dyliams, Kodyak, Jesus, son grand frère Eliott, Messiah, Midnight Swim et Ghost /\/ Ghoul), il entend bien renverser la hiérarchie établie du hip-hop. Avec ou sans l’accord des puristes.


Vu la pléthore d’albums et mixtapes, je vous conseillerais de commencer par Scumbag (2013), Skinny (2014) et Useless (2016).


- Site officiel
- SoundCloud
- Facebook
- Twitter
- YouTube
- Discographie complète
- SurrenderDorothy
- OregonTrail
- Ricky A Go Go


Liste des titres :

  1. WhatWasThat ? (prod Sightlow)
  2. HDMI (prod Antonio) - diffusé lors de la Fashion Week à Paris en 2015
  3. Embedded (prod Curtis Heron)
  4. Tempo (prod Eric Dingus)
  5. DeadInDesignerClothes (prod Ldotsdot)
  6. SadlyThatsJustTheWayThingsAre (prod Greaf)
  7. Thorns (prod Hnrk)
  8. BringMeToLife (prod Greaf)
  9. GladWeHaveUnderstanding (prod Dylan Brady)
  10. RestInPeace (prod The Virus The Antidote)
  11. BlackMold (prod Fleece)
  12. TheHandOfTheWitch (prod Stereoryze)
  13. We Up - Chris Travis ft. Bones (prod The Virus The Antidote)
  14. Scholar (prod Grxgvr)
  15. Corduroy (prod WtchCrft)
  16. Klebold (prod Terio)
  17. Dirt (prod Klimeks)
  18. IfYouHadAZuneIHateYou ft. Spooky Black (prod Hnrk)
  19. ShrimpPizza (prod Greaf)
  20. 3M (Drip-133 & Smitty The BG)
  21. Cut (prod Hnrk)
  22. Sanctuary (prod La Crise)
  23. LibrarySuicide (prod Hnrk)
  24. Calcium (prod Hnrk)
  25. GraveyardGod (prod Klimeks)
  26. WeDontBelieveYou - Xavier Wulf, Chris Travis & Bones (prod PurpDogg)
  27. WeatherMan - Xavier Wulf & Bones (prod Drew The Architect)
  28. Maple $yrup - $uicideboy$ ft. Bones (prod Budd Dwyer)
  29. Biophony ft. Rozz Dyliams (prod Cat Soup)

Sélection : @KallMeTheDoctor
Mix : @J_Anglemort
Artwork : @DirtNoze
Photo 1 : @DamonCampbeII
Photo 2 : @loneusx



VENEZ DISCUTER AVEC NOUS SUR
FACEBOOK ET TWITTER :-)