Accéder directement au contenu

Focus

5 artistes qui redéfinissent Atlanta

Atlanta Nouveau

George de la Maille, le 28 novembre

Loin de la soupe à la trap servie pas les plus grosses têtes, de nombreux artistes viennent redéfinir les sonorités d’Atlanta. S’il est difficile de dresser une liste exhaustive de tout ce que peut offrir la ville, SwampDiggers a réuni 5 talents bruts qui font ou feront parti de la nouvelle vague d’ATL.

Mix : Tibo | Écouter la playlist sur Spotify / Apple Music / Soundcloud


LIL REEK

Affilié à YSL, le crew de Young Thug et poussé à rapper par le producteur Brodinski et le DJ Drug Money USA, Lil Reek est loin d’être dans la norme. Bien qu’il ait 18 ans, son physique juvénile pourrait nous faire croire qu’il en a 13, un décalage étonnant quand on le voit conduire et fumer des blunts dans ses clips. Spontanée, sa musique est guidée par une voix enfantine au timbre rauque qui vient hanter les sonorités électroniques produites par Myd, Brodinski, Ikaz Boi ou encore Mister Tweeks. Le charisme du rappeur a même séduit Kim Chapiron, membre de Kourtrajmé, qui a tenu à réaliser le visuel du morceau Rock Out, neuf ans après avoir tourné son dernier clip. Une tranche de vie filmée du quotidien de Lil Reek dans son quartier avec une esthétique qui ne travesti rien de la réalité. Avec son EP The Graduation, le rappeur a parfaitement réussi à cristalliser l’essence de son rap brut et se constitue en petit ovni du rap d’Atlanta.


REESE LAFLARE

Bien qu’elle s’approche bientôt de la décennie, la carrière musicale de Reese LaFlare ne semble pas le préoccuper plus que ça. Du haut de ses 31 ans, un âge qui indique plutôt une fin de carrière dans le rap qu’une renaissance, il semble plus intéressé par traîner avec des rappeurs et faire du skate. C’est donc avec le plus grand des flegmes qu’il a sorti son premier album éponyme en 2018. Et ça valait le coup d’attendre. Derrière un micro, Reese a une aisance innée. Là où on peut retrouver des influences Kid Cudi-esque dans ses effets vocaux et ses ambiances spatiales, les flows de Reese se multiplient et prouvent que l’artiste en a sous le capot. De Yung Bans, à Young Thug, en passant par Gunna, Smokepurpp et même Pusha T, les featurings de son projet ne font pas démériter la qualité artistique du rappeur. Après avoir enfin passé la deuxième, le rappeur compte bientôt sortir le projet DSNRTRPN 3 et on ne peut que trépigner d’impatience.


SLIMESITO

Vous n’entendrez pas souvent Slimesito dire qu’il vient d’Atlanta mais plutôt de Clayco (Clayton County) ou Jurassic Park, une banlieue au Sud d’Atlanta. Tout le côté brut que 21 Savage a perdu en vendant son âme à un label, Sito l’a récupéré et le transpire dans chacune de ses tracks. Au programme : flow nonchalant et mix aléatoire sur des productions squelettiques aux basses vrombissantes. Pourtant l’aura corrosive du rappeur attire, preuve en est, Pierre Bourne, l’un des producteurs du moment, a produit deux morceaux pour lui. Sur Revenge, le flow crado de Slimesito vient alors complimenter le patchwork d’effets sonores du beat de Pierre Bourne. Son dernier projet Scarface Sito est un concentré d’amour pour les armes semi-automatiques et de menaces à ses ennemis, deux excellentes raisons de devenir fan du bougre.


THOUXANBANFAUNI

Dans la veine du Playboi Carti période SoundCloud, Thouxanbanfauni teinte ses projets d’un camaïeu de producteurs underground. Si le tableau peut paraître incompréhensible, la couleur de ses mixtapes est toujours cohérente. Sur ses morceaux, le rappeur déballe tout ce qu’il ressent sur le moment dans un mumble rap des plus traditionnels. Ses entraînantes tracks, saturées de paroles, nous transportent directement dans sa dimension auto-tunée. Sans aucun featuring, Thouxanbanfauni se met en valeur sur son dernier projet Requiem, le plus abouti à ce jour. Quand ses compères UnoTheActivist et Playboi Carti ont réussi à faire leur trou, Fauni est encore à la recherche de ce qui fera de lui la star qu’il doit être, les cartes sont entre ses mains.


YUNG BANS

Délicate et minimaliste, la musique de Yung Bans est loin de s’inscrire dans la trap classique d’Atlanta. Fort de ses 5 EP éponymes réalisés alors qu’il était sous contrôle judiciaire, le rappeur s’est constitué une discographie on ne peut plus irréprochable. Si le talent artistique de Yung Bans est indéniable, c’est notamment grâce à Mexikodro, le producteur qui a créé les premiers hits de Playboi Carti, qu’il s’est constitué une identité sonore. Parfaite bande son pour une ballade dans des bois enneigés, les mélodies de Bans ont également séduites l’un des faiseurs de pluie d’Atlanta, le boss du Freeband Gang, j’ai nommé Future. Sans mauvais jeu de mot on peut donc s’attendre à un avenir plus que radieux pour le jeune Bans.

Mix de Tibo BRTZ



VENEZ DISCUTER AVEC NOUS SUR
FACEBOOK ET TWITTER :-)